Site du Web de Santé Canada Page précédente
English

Votre

Qu’est-ce qu’il y a dans votre puits?

Un guide de traitement et d’entretien de l’eau de puits

Introduction


En général, l’eau souterraine est naturellement salubre et propre à la consommation. Puisque le sol sus-jacent agit comme un filtre, d’ordinaire l’eau souterraine est dépourvue de microorganismes qui provoquent des maladies. Cependant, la contamination pourrait avoir lieu après l’installation inappropriée du cuvelage ou du tubage de puits, après une rupture du cuvelage ou à la suite d’une entrée d’eau de surface contaminée dans le puits. La contamination peut aussi se produire si les puits sont forés dans un substrat rocheux fissuré sans une couche suffisante de sol de protection et avec moins que la longueur de cuvelage ou de tubage minimale recommandée.

Pour empêcher la maladie, les puits devraient être entretenus de façon appropriée et l’eau devrait être régulièrement testée pour la présence de contaminants microbiens. L’eau de puits devrait aussi être testée à l’occasion pour la présence possible de contaminants chimiques inorganiques et organiques.


Entretien de puits


Le choix approprié du site, l’emplacement, la construction et l’entretien de votre puits aideront à réduire au minimum la possibilité de contamination. Le couvercle du puits devrait être vérifié régulièrement pour s’assurer qu’il est bien fixé en place et étanche. Les joints, les fissures et les connexions du cuvelage devraient être scellés. Les pompes et les tuyaux devraient aussi être vérifiés sur une base régulière et tout changement au niveau de la qualité de l’eau devrait faire l’objet d’une enquête.

Le drainage de surface devrait être orienté pour s’éloigner du cuvelage du puits et l’eau de surface ne devrait pas s’accumuler près du puits. Le puits lui-même ne devrait pas être situé en aval d’aucune source de pollution.

L’eau de puits devrait être testée régulièrement pour la qualité bactériologique et la contamination chimique si on la suspecte. En plus de tests réguliers, l’eau de puits devrait être testée immédiatement s’il y a un changement quelconque au niveau de sa limpidité, de sa couleur, de son odeur ou de son goût, ou s’il y a une modification dans l’utilisation des terres avoisinantes. À l’aide d’une évaluation régulière et de tests réguliers de l’eau potable, la salubrité microbiologique et chimique de votre eau de puits peut être vérifiée.

Analyse de l’eau de puits pour la contamination microbiologique


Les nouveaux puits devraient être désinfectés par le foreur de puits au moment de la construction afin d’éliminer toute contamination microbiologique qui pourrait avoir eu lieu lors du forage. Ceci devrait se faire avant de recueillir un échantillon pour le test microbiologique. Les puits existants devraient être testés deux ou trois fois par an. Le meilleur moment de prélèvement d’un échantillon de l’eau de votre puits est lorsque la possibilité de contamination est la plus élevée. Cela se produira le plus vraisemblablement au début du printemps juste après la fonte des neiges, après une période prolongée de sécheresse, de fortes pluies ou de longues périodes de non-utilisation.

Selon la province, l’analyse bactériologique de l’eau de puits est effectuée par le laboratoire de santé provincial de votre région ou par un laboratoire privé homologué. Le laboratoire vous fournira un flacon d’échantillonnage propre et stérile, ainsi que les directives nécessaires. Les échantillons recueillis dans tout autre récipient ne produiront pas de résultats significatifs et ne seront pas acceptés par le laboratoire. Dans tous les cas, les échantillons devraient être réfrigérés immédiatement et transportés au laboratoire dans les 24 heures.

Si vous avez souffert de maladies gastro-intestinales et si vous croyez qu’elles pourraient être associées à l’eau de votre puits, consultez votre médecin et le service local de santé.


Interprétation des résultats d’analyse


La qualité microbiologique de l’eau de votre puits est déterminée en recherchant la présence de bactéries indicatrices de contamination fécale (eaux usées) - soit les coliformes totaux et l’ Escherichia coli. Les coliformes totaux se présentent naturellement dans le sol et dans le tube digestif des humains et des animaux. Par conséquent, leur présence dans l’eau pourrait indiquer une contamination fécale. Par contre, E. coli est uniquement présent dans l’intestin des humains et des animaux. Sa présence indique donc une pollution fécale (eaux usées) certaine.

Coliformes totaux

La présence de bactérie de coliformes totaux dans l’eau de puits est le résultat d’une infiltration d’eau de surface ou de la fuite d’un système septique. Conformément aux Recommandations pour la qualité de l’eau potable du Canada (sixième édition, 1996), de Santé Canada, l’eau potable ne devrait pas contenir plus de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml de volume d’eau. Toute eau contenant plus que cette quantité devrait faire l’objet d’un nouvel échantillonnage. Si le nouvel échantillon contient plus de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml, des mesures correctives devraient être prises immédiatement.

L’eau contenant moins de 10 bactéries de coliformes totaux par volume de 100 ml est considérée marginalement propre à la consommation. Néanmoins, l’eau devrait faire l’objet d’un nouvel échantillonnage. Si moins de 10 bactéries de coliformes totaux par 100 ml sont dépistées, la cause de la contamination devrait être déterminée si possible et des mesures correctives devraient être prises au besoin.

E. coli

E. coli apparaissent dans les échantillons d’eau récemment contaminés par la matière fécale; par conséquent, ils indiquent la présence possible de bactéries, de virus ou de protozoaires provoquant la maladie. L’eau comportant des E. coli n’est pas propre à la consommation. Des mesures correctives devraient être prises immédiatement.

La concentration maximale acceptable d’E. coli est «0» par 100 ml d’eau.


Mesures correctives pour l’eau ne répondant pas aux lignes directrices recommandées


Si les résultats d’analyse indiquent un niveau inacceptable de coliformes totaux ou d’E. coli, il est nécessaire de faire subir un traitement choc au puits et, si possible, de trouver et d’éliminer la source de contamination. La désinfection peut être effectuée en utilisant de l’eau de javel de ménage sans odeur. Le tableau no 1 décrit la quantité d’eau de javel nécessaire pour désinfecter de façon appropriée les nouveaux puits et les puits existants. Si la source de contamination ne peut pas être trouvée et éliminée, il faudrait que l’eau reçoive ensuite une désinfection continue.

Tableau 1 : Désinfection de l’eau de puits à l’aide d’eau de javel de ménage sans odeur

(Environ 5,2 p. 100 d’hypochlorite)

Profondeur d’eau dans le puits

Volume d’eau de javel ajouté

Diamètre du tubage 15 cm (puits foré)

Diamètre du cuvelage 90 cm (puits creusé)

Nouveau puits*

Puits existant*

Nouveau puits*

Puits existant*

1 m

100 ml

20 ml

3,2 l

0,6 l

3 m

300 ml

60 ml

9,8 l

2,0 l

5 m

500 ml

100 ml

16,5 l

3,0 l

10 m

1 000 ml

200 ml

32,0 l

6,5 l

* Les nouveaux puits nécessitent une concentration en chlore de 250 parties par million (ppm) pour une désinfection efficace, tandis que les puits existants ont besoin de 50 ppm de chlore.

Étapes de désinfection au chlore

1. Ajouter la quantité d’eau de javel inodore déterminée selon le tableau 1 au fond du puits et puis agiter l’eau. Raccorder un tuyau d’arrosage au robinet le plus proche et rincer la paroi intérieure du puits. Cela assurera un mélange complet du chlore et de l’eau dans tout le puits.

2. Démarrer la pompe et purger l’air du réservoir sous pression. Ouvrir chaque robinet et permettre à l’eau des écouler par tous les robinets jusqu’au moment où l’on détecte une odeur de chlore, puis refermer les robinets. Si une forte odeur de chlore n’est pas décelée, ajouter encore de l’eau de javel dans le puits.

3. Permettre à l’eau de rester dans le système pendant 12 à 24 heures.

4. Démarrer la pompe et laisser couler l’eau par le tuyau d’arrosage extérieur loin de l’herbe et des buissons jusqu’à ce que la forte odeur de chlore disparaisse. S’assurer que l’eau n’atteigne pas un cours d’eau quelconque. Finalement, ouvrir les robinets à l’intérieur jusqu’à ce que le système soit complètement rincé.

5. Attendre 48 heures, puis prélever un échantillon d’eau conformément aux instructions et avec le flacon fourni par le laboratoire. Entre-temps, trouver une autre source d’eau ou faire bouillir l’eau pendant une minute avant de la boire. Deux analyses «sûres» consécutives, effectuées sur des échantillons prélevés de 1 à 3 semaines d’intervale, indiqueront vraisemblablement que le traitement a été efficace.

6. Si le traitement choc règle le problème, répéter l’analyse bactériologique dans trois ou quatre mois.

7. Si les étapes énumérées ci-dessus ne corrigent pas le problème, il est recommandé de déterminer la source de contamination permanente et de la corriger, possiblement avec de l’aide professionnelle. Si la mesure corrective n’est pas possible, une autre solution permanente, telle qu’un nouveau puits ou un dispositif de désinfection de l’eau, devrait être envisagée.


Dispositifs de traitement de l’eau à usage domestique


Les problèmes relatifs à la qualité de l’eau décrits dans la présente feuille d’information pourraient être réglés à l’aide d’un appareil de traitement de l’eau potable. Il existe une grande variété de tels appareils disponibles pour l’utilisation à la maison. Santé Canada travaille en collaboration étroite avec NSF International afin d’élaborer des normes de rendement pour les dispositifs de traitement de l’eau. Les consommateurs sont encouragés à acheter les produits qui ont été homologués selon ces normes.

Contaminants microbiologiques

Si l’élimination de la source de contamination n’est pas possible après le traitement choc de désinfection au chlore, il faut envisager l’installation d’un système de désinfection avec cuvée ou en continu ou un nouvel approvisionnement en eau. Certains dispositifs appropriés sont décrits au tableau 2.

Tableau 2 : Dispositifs de désinfection de l’eau potable utilisée dans la maison

Méthodes de traitement de l’eau

Utilisations

Distillation

Tue tous les micro-organismes.

Rayons ultraviolet

Tuent les bactéries et les virus. Utilisés de concert avec la microfiltration afin d’améliorer l’inactivation et d’éliminer les particules de matière, y compris les parasites.

Chloration

Tue les bactéries et les virus. Utilisée de concert avec la microfiltration afin d’améliorer l’inactivation et d’éliminer les particules de matière, y compris les parasites.

Ozonation

Tue les micro-organismes nuisibles. Utilisée de concert avec la microfiltration afin d’améliorer l’inactivation et d’éliminer les particules de matière, y compris les parasites.

Filtration aux chandelles de céramique

Élimine les parasites et les bactéries. Utilisée de concert avec la chloration afin d’éliminer les virus.

Contaminants chimiques

L’eau de puits devrait également faire l’objet d’analyses de dépistage de produits chimiques dangereux chaque fois que la contamination est soupçonnée. L’analyse chimique des échantillons d’eau peut être fournie par des laboratoires d’essais commerciaux. Certains laboratoires de santé provinciaux analyseront l’eau pour les nitrates, qui proviennent en général d’activités agricoles et de fuites de fosses septiques. La concentration élevée en nitrates pourrait provoquer la «maladie bleue» (méthémoglobinémie), une condition dans laquelle la méthémoglobine ne peut pas relarguer d’oxygène aux tissus, et qui affecte principalement les bébés de moins de trois mois. D’autres contaminants chimiques inquiétants comprennent les pesticides, les métaux lourds et les composés organiques volatils. Les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada offrent une liste des concentrations maximales admissibles pour ces produits chimiques. Si des contaminants chimiques dangereux sont dépistés, il faut envisager l’installation d’un dispositif de traitement de l’eau ou une nouvelle source d’eau. Certains dispositifs appropriés sont énumérés au tableau 3.

Tableau 3 : Dispositifs d’élimination de produits chimiques

Méthodes de traitement de l’eau

Utilisations

Filtration à charbon actif*

Élimine les produits organiques, y compris les pesticides.

Osmose inverse*

Élimine les métaux lourds et les nitrates; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.

Distillation

Élimine les métaux lourds et les nitrates; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.

Ozonation

Élimine les produits organiques, y compris les pesticides; souvent utilisée de concert avec les filtres à charbon actif.

* Ne devrait pas être utilisée avec des eaux insalubres sur le plan microbiologique ou de l’eau de qualité microbiologique inconnue.

Dureté, goût, odeur et couleur

L’eau de puits renferme des minéraux qui se produisent naturellement, tels que le calcium, le fer et le soufre. Bien que ces minéraux ne soient pas dangereux pour la santé humaine, ils peuvent modifier la dureté, le goût, l’odeur et la couleur de l’eau lorsqu’ils sont présents en quantité excessive. Les eaux souterraines pourraient aussi contenir des matières organiques naturelles (tanins). Le tableau 4 décrit certains signes qui pourraient indiquer la présence de ces substances dans l’eau de votre puits et certaines solutions. Pour choisir la meilleure méthode de traitement, il faudrait effectuer l’analyse complète de la liste de minéraux avant de faire l’achat d’un dispositif.

Tableau 4 : Problèmes esthétiques communs de la qualité de l’eau et solutions

Problème

Cause

Solutions

Eau dure (tartre/dépôts calcaires dans les bouilloires et les chaudières à eau)

Excès de calcium (calcaire)

Adoucisseur d’eau*
Osmose inverse
Distillation

Taches de rouille (rouge à brune) sur les appareils et la lessive et (ou) goût métallique

Excès de fer

Chloration-filtration
Filtration aux sables verts
Aération-filtration
Distillation

Taches noires sur les appareils et la lessive et (ou) goût métallique

Excès de manganèse

Chloration-filtration
Filtration aux sables verts Aération-filtration
Distillation

Odeur d’œufs couvis

Hydrogène sulfuré

Chloration-filtration
Filtration aux sables verts Aération-filtration

L’eau a un effet laxatif

Excès de sulfates

Osmose inverse
Distillation

Turbidité/granulosité

Boue-vase-argile-sédiments dans l’eau

Filtres à sédiments

Couleur organique (thé)

Tanins

Chloration-filtration
Ozonation-filtration

* Les personnes qui ont un régime pauvre en sodium devraient envisager de consulter leur médecin avant de boire l’eau adoucie artificiellement. Le fer et le manganèse peuvent être éliminés aussi par un adoucisseur d’eau, à condition que l’eau ne soit pas trop dure.


Le 5 juin 2000

Pour plus d'information ...

Santé et environnement, Partenaires pour la vie - Chapitre eau



Site de PHM
5 juin 2000

Site du Gouvernement du Canada